eco-bio.bdv.fr BDV.fr

Projet en cours > La Thomassine

LA THOMASSINE - Commune de Manosque
Expérience pilote de réhabilitation d'une ancienne oliveraie et replantation d'une haie paysagère sur d'anciennes terrasses.

Logo LUB MAB La Maison de la Biodiversité est située dans le département des Alpes de Haute-Provence (04) à Manosque.
Depuis juillet 1997, la commune de Manosque a mis à la disposition du Parc naturel régional du Luberon la propriété de La Thomassine pour y développer le programme appelé « Maison de la Biodiversité ».


La phase dite « exploratoire » de cette gestion a été mise en oeuvre durant la période de décembre 2000 à juillet 1997 au travers d'un programme de développement comprenant deux volets : oliveraie

  • poursuivre et consolider les actions de conservation de variétés fruitières,
  • développer un outil de découverte de la biodiversité domestique et sauvage à destination d'un large public en portant une attention particulière à l'accueil du public scolaire.



Fort de ce diagnostic, un nouveau projet de développement a été établi avec, pour objectif, de développer durablement : Maison de la Biodiversité

  • un conservatoire régional d'espèces fruitières,
  • un lieu de visite de qualité,
  • un outil de sensibilisation à la protection de la biodiversité et de développement durable en direction de différents publics : grand public, scolaire, arboriculteurs et jardiniers amateurs, socioprofessionnels.


Pour mettre en place ce projet de développement, le Parc naturel régional du Luberon et la ville de Manosque on défini un schéma directeur global pour lequel quatre axes directeurs ont été retenus : expo

  • amélioration et développement du verger conservatoire,
  • amélioration de l'accueil du public et de l'attractivité du site en affirmant sa spécificité,
  • faire de la « Maison de la Biodiversité » un lieu de formation pour jardiniers et arboriculteurs amateurs orientés vers des pratiques d'agriculture biologique ou raisonnée et diffuser les variétés conservées,
  • pérenniser et qualifier un mode de fonctionnement.


S'agissant de l'accueil du public, des lieux à thèmes sont, en particulier, proposés : équilibre développement durable

  • « les terrasses d'eau vive » : verger méditerranéen avec présentation des techniques anciennes et modernes d'irrigation
  • « le potager » présentant des variétés anciennes de légumes (tomates et diversité des variétés)
  • « le jardin des roses » qui illustre l'évolution d'une plante (la rose) par la sélection
  • « le jardin des Osiers »
  • « le jardin des palmettes » (collection de poiriers)
  • « le verger des pommiers »
  • « la prairie fleurie »
  • « le jardin sec »

Afin de sensibiliser le grand public et les scolaires au maintien de la biodiversité sauvage et domestique, mais aussi sur les savoir-faire pour l'acclimatation et la domestication des fruits, le Parc naturel régional du Luberon a, en outre, développé autour de l'exemple des arbres fruitiers (poire, pêche, pomme) une exposition originale à caractère ludique et didactique autour de la domestication des végétaux. Cette approche a pour objectif de mettre en exergue la nécessité de conserver les espèces sauvages, mais aussi domestiques, issues d'un travail millénaire de l'homme, tant au niveau local qu'au niveau de la planète.

. Contexte

incendie de la Thomassine La « Maison de la Biodiversité » à La Thomassine a été au coeur d'un violent incendie survenu le 7 août 2005. La forêt a subi des dégâts très importants puisque environ 48 hectares ont brûlé.

Par ailleurs, l'incendie se prorogeant dans les vallons en interface entre les cultures et les forêts, certains vergers ont également été touchés.

. Intérêt patrimonial

réhabilitation pins noires Suite à l'incendie du 7 août 2005, le Parc Naturel Régional du Luberon souhaite réhabiliter une oliveraie qui avait était plantée en pin noir après son abandon dans les années 1950-60.
La démarche de réhabilitation trouve entièrement sa place dans le contexte de la Maison de la Biodiversité. A partir des souches déjà en place, constituées de variétés anciennes adaptées à la zone qu'il est important de revitaliser, l'objectif est de compléter les « vides » à partir de boutures sur les arbres encore présents.
Afin de compléter ce dispositif, une haie de feuillus sera mise en bordure de parcelle. Au-delà de la réhabilitation d'une oliveraie en terrasse, il s'agit d'agrandir le dispositif de lutte contre l'incendie en agrandissant la zone de coupure non boisée.

. Intérêt de ce projet

Il s'agit d'une expérience pilote de réhabilitation d'oliveraie de grande valeur patrimoniale tant au niveau des variétés et du paysage que de la lutte contre l'incendie. De plus, l'approche sera complétée par une expérience d'entretien par le pâturage extensif.

Plan du site | Crédits | Contact | © BDV.fr 2008